Préservatif

Les préservatifs offrent une protection contre le VIH et en partie aussi contre d’autres infections sexuellement transmissibles. Il est important que tu choisisses des préservatifs adaptés à la taille de ton pénis et que tu respectes la date d’utilisation. En outre, les lubrifiants utilisés doivent être à base d’eau ou de silicone, car des produits à base de graisse risquent d’attaquer le latex et de le rendre perméable. Les préservatifs conservés dans un porte-monnaie ou en contact direct avec le soleil sont probablement poreux et ne doivent plus être utilisés. Tu trouveras des préservatifs et des lubrifiants adaptés dans le Shop de l’Aide Suisse contre le Sida.

Allergie au préservatif

Si ton sexe devient tout rouge et te démange quand tu mets un préservatif, tu fais sans doute une allergie au latex. Dans ce cas, il existe des préservatifs sans latex, notamment en polyuréthane (p. ex. Durex Avanti ou Ceylor Original) que l’on trouve dans les pharmacies, les sex-shops mais aussi au supermarché ou sur internet. Il est recommandé d’attendre que les symptômes disparaissent avant d’essayer un autre préservatif. Il arrive aussi que l’allergie soit provoquée par le lubrifiant.

Taille du préservatif

La majorité des préservatifs ont une taille standard et conviennent pour la plupart des pénis. Il arrive parfois que les préservatifs de taille standard soient trop petits ou trop grands. Or, pour des questions de sécurité et de bien-être, un préservatif doit être parfaitement adapté. Les préservatifs trop grands ont tendance à glisser, ceux trop étroits sont excessivement tendus et risquent de se déchirer plus facilement. Un préservatif de la bonne taille se déroule sans problème et reste parfaitement en place. Il en existe de toutes les tailles, du XS au XL. Plus large et d’une longueur de 17 cm environ, le Femidom® est un préservatif interne qui peut être utilisé pour une pénétration anale (après avoir retiré l’anneau qui se trouve à l’intérieur!).

Des préservatifs de toutes tailles sont disponibles dans le Shop de l’Aide Suisse contre le Sida.

Accident de préservatif

Les préservatifs offrent la meilleure protection contre le VIH et les IST, pour autant qu’ils soient utilisés correctement. La plupart des accidents sont dus à une mauvaise utilisation:

  • L’emballage a été déchiré avec les dents ou un objet tranchant.
  • L’emballage était défectueux (plus de coussin d’air).
  • Le préservatif était périmé ou ne respectait pas les normes CE ou OK.
  • Le préservatif a d’abord été déroulé, puis enfilé comme une chaussette.
  • Le préservatif était trop petit ou trop grand.
  • Le préservatif a été utilisé avec un lubrifiant inadapté ou sans lubrifiant.
  • Lors du retrait, le préservatif n’a pas été tenu à la base du pénis.
  • Le préservatif a servi à plusieurs reprises.

En cas d’oubli ou de rupture de préservatif, il est important d’évaluer rapidement les risques avec une professionnel afin d’éventuellement pouvoir recevoir une prophylaxie post-exposition (PEP). Ce traitement d’urgence VIH doit toutefois intervenir au plus vite et au maximum dans les 48 heures suivant la situation à risque. Plus le traitement débute tôt, plus il a des chances d’être efficace.


Lubrifiant

Pendant le sexe, les lubrifiants facilitent la pénétration d’un pénis, de doigts ou de sex-toys dans l’anus. Lors d’une pénétration anale, il faut toujours utiliser un préservatif et du lubrifiant afin d’éviter une déchirure.

Attention: seuls les lubrifiants à base d’eau ou de silicone sont compatibles avec l’usage du préservatif. Les lubrifiants à base de graisse ou d’huile attaquent le latex. Même si aucun dommage n’est visible, les préservatifs deviennent perméables et se déchirent plus facilement. Ne sont donc pas appropriés comme lubrifiants la crème pour les mains, la vaseline, l’huile comestible, le beurre, les lotions pour le corps, etc.

Des lubrifiants adaptés sont disponibles dans les pharmacies, les sex-shops, les supermarchés ou dans le Shop de l’Aide Suisse contre le Sida.



Le sexe sans préservatif

De nombreuses raisons peuvent expliquer pourquoi les hommes renoncent à utiliser des préservatifs. Ainsi, les personnes atteintes du VIH qui suivent un traitement antirétroviral efficace et dont la charge virale est indétectable ne transmettront plus le virus IH lors de relations sexuelles, à condition qu’elles prennent leurs médicaments régulièrement et suivent un traitement médical.

Le sexe sans préservatif est appelé bareback. Ce terme hippique désigne le fait de monter à cheval à cru (sans selle). Dans le sexe gay, les barebackers sont des hommes qui ont des rapports sexuels non protégés.

C’est dans les années 1990 que le terme bareback a commencé à circuler aux Etats-Unis parmi les séropositifs. Ceux-ci organisaient des soirées fermées durant lesquelles ils entretenaient des relations sexuelles non protégées.

Le terme bareback désigne aujourd’hui toutes sortes de pratiques à risque: rapports sexuels sans préservatif, éjaculation dans la bouche ou dans l’anus du partenaire, que celui-ci soit séropositif ou séronégatif.

Le bareback présente un grand risque de contamination au VIH et à d’autres infections sexuellement transmissibles (IST), comme l’hépatite B, la syphilis ou la gonorrhée.

Les couples qui vivent une relation stable et souhaitent avoir des relations sexuelles non protégées devraient se faire conseiller et dépister ensemble. Cela n’a de sens que si les partenaires se sont mis d’accord, en cas de relations sexuelles en dehors du couple, pour respecter les règles du safer sexe et se parler ouvertement en cas d’accident. Il est également recommandé aux deux partenaires d’effecteur au moins deux fois par an un prélèvement afin de vérifier la présence de chlamydia ou de gonorrhée ainsi qu’un contrôle sanguin pour la syphilis.

Préservatif: mode d’emploi

Les préservatifs restent le moyen le plus sûr de se protéger contre le VIH et d’autres infections sexuellement transmissibles (IST). Ils ne se déchirent que rarement et lorsque cela arrive, c’est souvent à cause d’une mauvaise utilisation.

Voici un mode d’emploi détaillé.

Ouvrir
Déchirer l’emballage sur un côté avec précaution et retirer délicatement le préservatif.

Mettre en place
Tirer d’abord le prépuce vers l’arrière. A l’aide du pouce et de l’index, pincer le bout du préservatif pour en chasser l’air, puis le placer sur le gland. Veiller à ce qu’il soit mis du bon côté (bourrelet à l’extérieur) et puisse se dérouler sans problème.

Dérouler

Le préservatif doit être facile à dérouler sur toute la longueur du pénis et tenir en place. Sinon, il est probablement trop étroit ou trop large. Plus tu es exercé, moins la pose d’un préservatif perturbera tes jeux amoureux. Entraîne-toi!

Lubrifier

Appliquer sur le préservatif une quantité suffisante de lubrifiant à base d’eau ou de silicone. Cela glisse encore mieux si l’anus du partenaire est aussi abondamment lubrifié. Ne pas utiliser de lubrifiants à base de graisse ou d’huile, tels que des crèmes pour les mains, de l’huile comestible, de la vaseline, etc. Ces produits attaquent le latex, le rendent poreux et perméable.

Pénétration anale

Plus la pénétration anale est longue et vigoureuse, plus il est important de vérifier régulièrement que le préservatif est toujours intact et bien en place. Remettre du lubrifiant de temps en temps.

Après
Après l’éjaculation, se retirer en tenant le préservatif à la base du pénis pour éviter qu’il ne s’enlève et que du sperme ne se dépose dans le rectum. Jeter les préservatifs usagés à la poubelle, et non dans les toilettes.

Conservation
Ne pas conserver les préservatifs dans la poche ou dans le porte-monnaie, mais plutôt dans une petite boîte ou un étui, où ils seront à l’abri des frottements, de la lumière, de la chaleur, des rayons directs du soleil et des objets pointus. Veiller également à la date limite d’utilisation.