Starman

Starman, pour te servir. Il sait tout sur les infections sexuellement transmissibles et t’aide à les détecter et à les traiter le cas échéant. Ces infections sont fréquentes et souvent sans symptômes évidents. C’est pour ça qu’il est recommandé de faire un dépistage des plus courantes au moins une fois par an. Starman est là pour toi, fais ton dépistage maintenant.

Les infections sexuellement transmissibles sont très fréquentes et le plus souvent sans symptômes.

Les cinq infections sexuellement transmissibles les plus fréquentes

Syphilis

La syphilis est une infection sexuellement transmissible causée par une bactérie (Treponema pallidum). Elle se développe en trois stades caractérisés chacun par des symptômes distincts mais qui ne sont pas systématiques ou visibles. Quand il y en a, les symptômes sont indolores, temporaires et souvent discrets. Dans un premier temps, le point d’entrée de la bactérie laisse un petit bouton indolore qui disparait de lui-même en quelques jours. Ensuite, la bactérie peut temporairement faire apparaitre des tâches cuivrées plus ou moins grandes et nombreuses, le plus souvent sur la paume des mains ou la plante des pieds. Plus rarement, elle peut provoquer des poussées de boutons sur le torse ou dans le dos.

La bactérie se transmet lors d’un contact direct avec ces différentes lésions, quelle que soit la pratique sexuelle: fellation, pénétration anale (même avec préservatif), jeux de doigts, anulingus, utilisation de sex-toys, fisting, etc. Même en s’embrassant, si le partenaire a une lésion de syphilis dans la bouche. Les règles du safer sex peuvent réduire le risque de transmission, sans pour autant l’éliminer complètement. En effet, le préservatif ne couvre pas l’intégralité des organes génitaux et les contacts entre les corps des partenaires peuvent conduire à une transmission de la bactérie.

La syphilis se soigne bien au début de l’infection avec de la pénicilline. En revanche, si l’infection progresse plus longtemps, les dommages aux organes seront irréversibles, même si les bactéries sont anéanties par le traitement. En cas de diagnostic, il est essentiel que les partenaires sexuel•les se fassent traiter en parallèle. Sinon, les partenaires risquent à nouveau de s’infecter mutuellement malgré le traitement administré (effet ping-pong).

Il existe plusieurs tests pour dépister la syphilis. Les personnes sexuellement actives devraient faire un dépistage au moins une fois par an (Recommandations de test)

Chlamydia

La chlamydia est une bactérie (Chlamydia trachomatis). Les infections à chlamydia comptent parmi les infections sexuellement transmissibles (IST) les plus fréquentes. Elles touchent le plus souvent les jeunes, femmes et hommes, âgé•e•s de moins de 25 ans ainsi que les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes. 

L’infection ne provoquant souvent aucun symptôme, beaucoup de personnes ne savent pas qu’elles sont porteuses de la chlamydia. La bactérie peut se trouver dans l’urètre, le pharynx, le rectum ainsi que dans le sperme et en faible concentration dans l’urine et le liquide pré-éjaculatoire. 

La transmission peut intervenir lors d’une fellation ou d’une pénétration anale, même si le préservatif est utilisé. Lorsqu’il y en a, les symptômes classiques chez les hommes sont des écoulements troubles plus ou moins purulents, des brûlures urinaires, des douleurs et/ou démangeaisons de l’urètre ou de l’anus. Lorsque l’infection perdure, elle peut conduire à une inflammation chronique de la prostate, des testicules ou du rectum. 

La chlamydia se soigne avec des antibiotiques. Le(s) partenaire(s) devrai(en)t impérativement être traité•e(s) en parallèle.

Gonorrhée

La gonorrhée, ou blennorragie, est causée par des bactéries (Neisseria gonorrhoeae).

L’infection ne provoquant souvent aucun symptôme, beaucoup de personnes ne savent pas qu’elles sont porteuses. Lorsqu’il y en a, les symptômes classiques se caractérisent notamment par un écoulement purulent. 

Symptômes possibles: rougeurs et gonflement à l’extrémité de l’urètre, brûlures urinaires, écoulements aqueux, puis visqueux et purulents, sentiment de malaise général, fièvre, maux de gorge ou rougeur intense du pharynx

La gonorrhée peut se transmettre facilement lors de presque tous les rapports sexuels. Pour qu’il y ait transmission, il faut toutefois un contact direct avec une muqueuse (p. ex. urètre, extrémité de l’intestin, pharynx ou paroi de l’œil) contenant la sécrétion contagieuse. Chez les homosexuels, la muqueuse anale est un endroit de contamination fréquent.

Non traitée, la gonorrhée peut affecter la prostate et l’épididyme, ce qui se ressent alors par des douleurs diffuses entre l’anus et les testicules ou par un gonflement douloureux de ces dernières. 

La gonorrhée peut être soignée avec des antibiotiques. Le partenaire sexuel devrait également se faire traiter afin d’éviter un effet ping-pong. Plus d’infos à ce sujet dans les Checkpoints.

Hépatites

L'hépatite est une inflammation du foie provoquée par un virus. Les virus des hépatites A, B et C peuvent se transmettre lors de rapports sexuels; ils sont nettement plus résistants et plus contagieux que le VIH. Pour les hommes qui ont du sexe avec des hommes en particulier, il est important de se protéger contre une infection en se faisant vacciner contre les hépatites A et B, et le cas échéant en réduisant les risques de contracter l’hépatite C, à savoir:

  • Se faire vacciner contre les hépatites A et B
  • Ne jamais partager les pailles, seringues, brosses à dents, lames de rasoir, sex-toys, gants (fisting) et préservatifs, ne pas utiliser de billets de banques pour sniffer
  • Utiliser pour chaque partenaire un nouveau préservatif / de nouveaux gants (fisting)
  • Toujours utiliser son propre lubrifiant

Hépatites et VIH

Chez les personnes séropositives, l’évolution d'une hépatite peut être plus rapide et plus grave que chez les personnes séronégatives.

Les personnes séropositives qui sont infectées simultanément par l’hépatite C ont environ dix fois plus de virus de l’hépatite C dans le sang que les personnes non porteuses du VIH. De plus, les lésions du foie (dues à l’hépatite) se développent d’autant plus rapidement que l’infection au VIH est avancée.

«Flyer Hépatite»: commander

VIH

VIH est l’acronyme de «virus de l’immunodéficience humaine». Le VIH est présent dans le sang, le sperme, le liquide pré-éjaculatoire et les muqueuses (p. ex. de l’intestin) des personnes infectées. Une infection au VIH ne peut pas être guérie, mais un traitement antirétroviral (ARV) peut maintenir l’infection sous contrôle et ainsi éviter l’apparition de la maladie, le sida. Les personnes séropositives au VIH qui suivent une thérapie antirétrovirale efficace et dont la charge virale est indétectable ne transmettront pas le virus lors de relations sexuelles.

Modes de transmission:  Le VIH se transmet le plus souvent lors de pénétrations sans préservatif en particulier anales. Lors de l’acte, la muqueuse intestinale est toujours endommagée et rend ainsi la transmission du VIH plus facile. Qu’il y ait ou non éjaculation, une pénétration sans préservatif est à risque pour les deux partenaires, aussi bien pour le partenaire pénétrant (actif) que le partenaire pénétré (passif).

La fellation (rapports bucco-génitaux) ne présente aucun risque de transmission du VIH, pour autant qu’il n’y ait pas de sperme ou de sang.

Plus d'info sur l'évolution de l’infection